Agenda

LINKY

                                           LINKY

Le compteur communicant par lequel il ne faut pas s'en laisser compter !

 

Le compteur Linky n’est pas seulement un compteur d’électricité. Il fonctionne suivant le principe CPL, à savoir d’un courant porteur de ligne. Le principe des CPL consiste à superposer au courant électrique alternatif de 50 ou 60 Hz un signal à plus haute fréquence, et de faible énergie. Les fréquences utilisées pour ce signal sont des fréquences radio, soit de 9 à 150 Khz, soit de 3 à 30 Mhz.

Ce signal se propage sur l’installation électrique au-delà du compteur, dans tous les logements, dans toutes les pièces.

 

Il peut être reçu et décodé à distance. Le signal CPL est reçu par tout récepteur CPL de même catégorie se trouvant sur le même réseau électrique.

 

La technologie CPL présente donc plusieurs inconvénients résumés ainsi :

1 – C’est une intrusion dans la vie privée des consommateurs, d’abord du fait des renseignements communiqués par le compteur au fournisseur. De plus les fréquences radios permettent au fournisseur de piloter à distance l’appareillage électrique avec la diffusion de l’électricité domestique. A noter que le piratage de toute l’installation est possible.

2 – Ensuite le réseau électrique domestique n’est pas adapté au transport de hautes fréquences, car il n’est pas blindé. Il y a donc un risque de santé public par émission d’un champ électromagnétique dans toutes les pièces des logements à partir des fils électriques qui servent de vecteurs. Cette émission constitue une pollution électromagnétique, difficilement maitrisable.

3 – Par ailleurs le courant HF superposé au  courant électrique de 50 hz est susceptible de perturber le fonctionnement des appareils électriques, électroniques, et électroménagers. Il a fallu remettre l’ancien compteur chez des usagers, des professionnels comme des particuliers, le compteur Linky ayant mis hors service des appareils en bon état de fonctionnement jusqu’alors.

 

4 - le Linky mesure le courant fourni en KVA (kilovolt-ampère) au lieu des KW (kilowatt) actuellement. Or la conversion des KW en KVA fait intervenir un paramètre le cosinus phi, lié aux appareils électriques.

Quand le cosinus phi est égal à un la mesure en KVA et en KW est identique. C'est le cas pour les appareils purement électriques, séche-cheveux, fer à repasser, grille-pain, cumulus électrique.

Quand le cosinus phi est inférieur à 1 la facturation est supérieure par le Linky aux compteurs actuels. C'est le cas des appareils suivants dont le cos phi est compris entre 0,9 et 0,6 : clim réversible, réfrigérateur, congélareur, machine à laver le linge, lave-vaisselle, séche-linge, outillage électroportatif. Dans ces cas la facturation augmentara de 10 à 70 %.

Pour les lampes à basse consommation (LED) dont le cosinus phi est égal à 0,5  la facture va doubler.

 

Plusieurs Associations d’intérêt national, comme UFC-Que choisir (voir le N° d'Octobre 2017 avec une étude du Linky), ou Priartem, se sont activement renseignées.

Les diverses études convergent vers un constat commun. Si le compteur Linky est bénéfique pour EDF et les fournisseurs d’électricité il n’en est pas de même pour les consommateurs. La supposée économie d’énergie n’existe pas dans la réalité car, en plus, l’adjonction des fréquences radios entraine une baisse de rendement électrique. Les factures des usagers ne vont donc pas baisser, contrairement aux promesses.

 

Par ailleurs, certaines Associations vont jusqu’à dire que ce compteur est un « cheval de Troie ». Les anglo-saxons qualifient de dirty electricity, électricité sale, l’électricité fournie à travers les compteurs de type Linky.

 

Pour ces raisons et celles qui sont exposées ci-dessous nous conseillons de s'opposer au remplacement des compteur électronique par un compteur Linky.

 

Du fait que les compteurs électriques depuis 2005, sont la propriété des Communes. La question de l’installation des compteurs Linky relève également de la compétence des Maires et des Conseils Municipaux.
 

A noter que plus de 400 communes ont déjà refusé les compteurs communicants.

 

A titre d’exemple et d’information voici le procès-verbal du Conseil municipal d’une Commune qui a refusé l’installation des compteurs Linky, l’année dernière. (source next-up)

« L'an deux mille seize, le vingt-sept avril à 20 heures, le Conseil Municipal de la commune de Reynel en Haute-Marne, régulièrement convoqué, s'est réuni au nombre prescrit par la loi, dans le lieu habituel de ses séances, sous la présidence de Monsieur Gilles DESNOUVEAUX, Maire.

Présents : Tous les Conseillers Municipaux en exercice sauf Rolland BAS, Armand DUBOS et Thierry BOULLERET excusés.

Monsieur le Maire tient à alerter à propos de la pose des compteurs «Linky» souhaitée par ERDF et fait part d’un certain nombre d’arguments quant aux risques, comme suit :

- augmentation des factures, comme c’est le cas au Québec et en Espagne depuis l’installation de ces compteurs,

- pannes à répétition sur les matériels informatiques,

- piratage aisé des compteurs communicants, bien que prétendus «intelligents» et même si les installateurs assurent que tout est » parfaitement sécurisé», pouvant entraîner des problèmes d’espionnage et de cyber-terrorisme,

- installation massive de compteurs communicants, prétendument indispensables pour le développement des énergies renouvelables, alors que l’Allemagne l’a abandonné,

- réseau électrique des habitations non adapté au nouveau réseau à installer (non-blindé),

- programmation de mise en place d’autres compteurs communicants (notamment pour le gaz et l’eau) qui aboutirait à avoir plusieurs compteurs pour chaque logement, démultipliant ainsi les risques,

- exclusion, par les compagnies d’assurance, de la prise en charge Responsabilité Civile des dommages liés aux ondes électromagnétiques,

- respect de la vie privée et des libertés individuelles bafoué puisque ces compteurs communicants, s’ils sont installés, permettront aux opérateurs de recueillir d’innombrables données sur notre vie privée, utilisables à des fins commerciales mais aussi de surveillance et de remise en cause des libertés publiques,

- économies d’énergie dont la réalité est fortement contestée par les associations.

Il est à noter enfin que les compteurs actuels fonctionnent tout à fait correctement et que leur non remplacement par des compteurs «communicants» ne pose donc aucun problème. Il est par ailleurs possible depuis longtemps de signaler à votre fournisseur, par téléphone ou par le web, la consommation réelle affichée par votre compteur, de façon à éviter toute surfacturation due à une estimation imprécise.

L’article L322-4 du Code de l’Energie stipule que depuis le 1er janvier 2005 les collectivités sont propriétaires des réseaux d’ouvrages électriques. Les compteurs font partie du réseau. La commune en délègue, par concession, la gestion à ERDF.

Au vu de toutes ces raisons et dans l’attente de résultats plus complets sur les contraintes, dangers et risques liés à l’installation de ces compteurs «Linky», il est proposé au Conseil Municipal que la Commune, en tant que propriétaire et représentant les prérogatives publiques, refuse l’installation de ces compteurs.

Après en avoir délibéré, le Conseil Municipal à l’unanimité REFUSE l’installation des compteurs LINKY.

 

La liste des Maires et municipalités réservés sur ce sujet et prenant des arrêtés pour que l’installation du compteur Linky ait lieu avec le consentement express et éclairé des consommateurs et non pas de façon forcée et obscure, s’allonge de jour en jour. Des Pyrénées à la Bretagne la contestation est en train de se manifester.

 

Sites internet à consulter :

  -   http://www.priartem.fr/Dossier-Linky.html

  - http://www.next-up.org/France/Linky.php

  - https://www.quechoisir.org/dossier-compteur-electrique-linky-t1371/

  - https://www.youtube.com/watch?v=1V0yC4GQV04 :  pourquoi l'abonnement au compteur Linky est plus cher;     une histoire de KW et de KVA.


Notice: Undefined index: HTTP_X_REQUESTED_WITH in /var/www/gaia-terre-vivante/application/modules/frontend/controllers/NewsController.php on line 74